Bilbo le Hobbit || J.R.R Tolkien

Bilbo le hobbit extrait

Identité de l’ouvrage

 

  • Auteur : J.R.R Tolkien
  • Titre original : The Hobbit
  • Date de parution : 1937
  • Édition : Le livre de poche
  • Genre : Fantasy, roman jeunesse
  • Personnages principaux : Bilbo Baggins, Gandalf, Thorin

Résumé de l’œuvre :

Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible et sans histoire. Son quotidien est bouleversé un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l’entraînent dans un voyage périlleux. C’est le début d’une grande aventure, d’une fantastique quête au trésor semée d’embûches et d’épreuves, qui mènera Bilbo jusqu’à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug…

Bilbo le hobbit

5 (Très) bonnes raisons de lire Bilbo le Hobbit :

1. On part à l’aventure dans un univers fantastique

J.R.R Tolkien nous transporte dans un univers étranges, avec des plaines, des forêts et des montagnes enchantées. Un véritable décors féérique nommé la Terre du Milieu dans lequel évolue toutes sortes de créatures tel que les Hobbits, les Gobelins, les Elfes, les Nains, des Aigles Géants ou encore des Dragons. Et toi, lecteur tu suis gaiement un drôle de petit hobbit, une troupe de nains et un magicien qui partent à l’aventure dans la Terre Milieu, à la recherche d’un trésor gardé par le dragon Smaug. Ce petit groupe se retrouve dans une quête semée d’embûches et doivent affronter des Trolls, des araignées géantes ou encore des Gobelins peu commode. (Sympathique programme !) L’écriture de Tolkien, transporte le lecteur qui vit les aventures avec la troupe. Le lecteur est dans la terre du milieu en quête du trésor.

Bilbo le hobbit avec tasse

2. On adore Gandalf

Dans Bilbo le Hobbit, Gandalf est décrit comme étant un vieillard avec un bâton, avec une grande barbe et une cape et un chapeau pointu. Mais plus qu’un simple vieillard, Gandalf est un puissant magicien. (Oui tu as le droit d’imaginer Dumbledore, on en est pas loin) Dans Bilbo le Hobbit, Gandalf est envoyé en Terre du Milieu, non seulement pour aider les nains, et notamment Thorin, de récupérer le royaume d’Erebor. Mais pas que ! Une menace gronde en Terre du Milieu est Gandalf a pour mission de découvrir l’identité du nécromancien. (Hou c’est palpitant !) Et il faut dire ce qui est, derrière ses airs de vieillard, Gandalf envoie du lourd. Du très lourd. C’est non seulement l’image du vieux sage, mais en plus de cela, il est extrêmement puissant. De plus, il a une certaine tendance tendance à s’exprimer de manière très sage, ce qui lui confère une certaine aura.

Bilbo le Hobbit et Gandalf, illustration de Joel Lee
Illustration de Joel Lee

3. De la très bonne fantasy jeunesse

A l’origine Bilbo le Hobbit, n’était rien d’autre qu’une histoire inventé et écrite par Tolkien pour divertir ses enfants et notamment destiné à Christopher, son fils cadet. Rien de plus. Mais ce roman est bien plus que ça. C’est un univers à lui tout seul, avec des décors décrits avec une telle précisions qu’on peut les imaginer au détail près. Très visuel. Comme si en lisant, le spectateur plongeait dans un tableau. C’est un univers foisonnant et riche. Tolkien, de profession, était linguiste et il a tout simplement imaginé deux langues pour son roman, et pour faire naître la Terre du Milieu. A l’inverse de la Trilogie Le Seigneur des Anneaux, l’écriture est simple, le ton est gaie et Bilbo le Hobbit peut faire penser à un roman d’apprentissage qui ravit petits et grands.

Bilbo le hobbit coffret

4. On adore Bilbo

A l’origine Bilbo le Hobbit, n’était rien d’autre qu’une histoire inventé et écrite par Tolkien pour divertir ses enfants et notamment destiné à Christopher, son fils cadet. Rien de plus. Mais ce roman est bien plus que ça. C’est un univers à lui tout seul, avec des décors décrits avec une telle précisions qu’on peut les imaginer au détail près. Très visuel. Comme si en lisant, le spectateur plongeait dans un tableau. C’est un univers foisonnant et riche. Tolkien, de profession, était linguiste et il a tout simplement imaginé deux langues pour son roman, et pour faire naître la Terre du Milieu. A l’inverse de la Trilogie Le Seigneur des Anneaux, l’écriture est simple, le ton est gaie et Bilbo le Hobbit peut faire penser à un roman d’apprentissage qui ravit petits et grands.

Bilbo le hobbit and light

5. Les nains

Parler de Bilbo le Hobbit sans parler des nains, c’est comme parler de Walking Dead sans les zombies. Il manquerait quelque chose. Quelque chose de primordial. Après tout, toute l’intrigue, toute l’action part de ces personnages, notamment de leur chef Thorin Oakenshield (Ecu-de-chêne dans certaines traduction) qui part récupérer le royaume de ses ancêtres : Erebor. (Du coup, pas de nains…pas d’histoire) Dans l’univers de J.R.R Tolkien, les nains sont des êtres de petites tailles, dotés de barbe,  doués de paroles et souvent d’excellent forgerons et bâtisseurs. Ils vivent principalement sous terre, dans les mines. (Oui je sais, vous avez la vision des 7 nains de Blanche-Neige qui chantent gaiement en rentrant du boulot) C’est également un peuple connu pour être extrêmement fier, rancunier, et ils aiment se battre à coups de hache. (Histoire de faire dans la dentelle) Il est important de notifier que sans les nains, l’univers de Tolkien serait bien plus fade.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :