Charlotte Brontë || Portrait

touche machine à écrire

Charlotte BrontëCharlotte Brontë naît en 1816 à Thompson, dans le comté du Yorkshire en Angleterre. Elle est fille d’un pasteur et grandit dans une famille nombreuse. Après avoir donné naissance à cinq filles et un garçon, sa mère décède en 1821. Les quatre filles aînées sont envoyées en pension puis en 1825, suite au conditions de vies difficiles du pensionnat, Maria et Elizabeth décèdent toutes deux de la tuberculose. Un épisode tragique dont elle fait référence dans son œuvre Jane Eyre. Les enfants retournent chez le père et ne sont plus scolarisé. C’est à cette période que Charlotte, Emily, Anne et Branwell se découvrent une véritable passion commune pour l’écriture. Ils se mettent à collaborer sur un même projet, la confédération de Glass town, un pays imaginaire dans lequel une multitude de personnages pullulent. Ce projet prend diverse formes : poèmes, récits et pièces de théâtre, en autre.

En 1831, Charlotte Brontë est de nouveau envoyé dans un pensionnat, de qualité cette fois et y restera un certains temps en qu’enseignante, avant de travailler pour des particuliers en tant que gouvernante. Cependant elle reste hantée par le besoin d’écrire, bien que des écrivains le lui déconseille, de par son statut de femme. (Quelle belle excuse !) Elle part à Bruxelles en 1842, avec Emily, dans le but de parfaire ses connaissances linguistiques dans le but d’ouvrir son propre pensionnat. Elle y fait la rencontre de Mr Héger, directeur d’un pensionnat pour qui elle travaillera quelques temps avant de rentrer en Angleterre, suite d’un chagrin d’amour. La demoiselle s’est éprise de son mentor, mais il est marié. (Une histoire digne d’un roman !)

Charlotte Brontë portrait
dessin de George Richmond

En 1845, elle découvre le talent d’écrivain de sa sœur Emily et propose à ses deux sœurs de publier un recueil de leurs poèmes, sous des pseudonymes masculins : Currer, Ellis et Acton Bell. Par la suite, le roman d’Anne, Agnes Grey et celui d’Emily, Les Hauts de Hurlevent sont acceptés par un éditeur, mais le manuscrit Le professeur, de Charlotte Brontë est, lui, refusé. En 1847, elle propose le roman Jane Eyre sous le pseudonyme de Currer Bell. C’est un best-seller. Bien que son héroïne fasse scandale, celle-ci s’affirme et cela ne colle pas avec l’époque victorienne. En 1848, elle perd son frère et sa sœur Emily a quelques semaines d’écart.. En 1849, c’est Anne meurt à son tour. Elle finit d’écrire son troisième roman, Shirley, au bord de la dépression et celui-ci en pâtit sérieusement. Elle publie en 1853, Villette, un roman qui reflète de nouveau son talent et considéré encore aujourd’hui comme un chef-d’œuvre. En 1854, elle épouse Arthur Bell Nicholls, et décède tout juste un an plus tard.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :