Jane Eyre || Charlotte Brontë

Extrait Jane Eyre

Identité de l’ouvrage :

  • Auteur : Charlotte Brontë
  • Date de parution : 16 octobre 1847
  • Éditions : Le livre de Poche
  • Genre : roman, drame
  • Personnages principaux : Jane Eyre, Edward Rochester, Mme Reed

Résumé de l’œuvre :

Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l’Angleterre victorienne et à trouver l’amour… Une héroïne qui surmonte les épreuves sans perdre foi en son avenir, une intrigue où se succèdent mystères et coups de théâtre, une passion amoureuse qui défie tous les obstacles : le plaisir de lire Jane Eyre est toujours aussi vif. Comme elle, on veut croire que rien n’est écrit d’avance et que la vie réserve des bonheurs imprévus.

Jane Eyre couverture

5 (Très) bonnes raisons de lire Jane Eyre :

1. On plonge dans l’Angleterre Victorienne

L’action dans Jane Eyre, se passe à l’époque de Charlotte Brontë, durant l’empire Victorien, en Angleterre. Et l’auteur n’est pas avare de détails, que ce soit dans la description des paysages de l’Angleterre du dix-neuvième, comme des mœurs et de la vie de l’époque. En suivant Jane Eyre, on découvre la vie des pensionnats anglais, parfois insalubres dans lesquelles les jeunes filles pouvaient être éduquées. (Les pensionnats semblaient cosy comme tout !) Elle décrit parfaitement les rapports entre les personnes avec des statuts sociaux différents. Chaque personne à sa place et ne doit y déroger. Et dans une structure aussi rigide, Jane Eyre, gouvernante, s’éprend de son patron, le noble Edward Rochester. L’amour entre deux personnes des rangs différents, un sujet particulièrement aimé à l’époque.

Jane eyre sur une table en bois avec bougie

2. Jane Eyre, une féministe avant l’heure

    A l’instar de Jane Austen, Charlotte Brontë fait du personnage principal de son roman, un personnage féministe. Jane Eyre, ne se contente pas de sa position de femme et d’orpheline. Elle veut plus. Et elle n’hésite pas à se rebeller contre sa condition. Notamment face à la différence de traitement entre ses cousins et elle ou envers l’éducation plus que strict du pensionnat Lowood. Elle a quelque chose de révolté et de sauvage. (Et c’est ce qui fait son charme) Cependant son travail acharné lui offre une éducation parfaite. Elle finie elle-même à enseigner dans ce pensionnat avant de se rendre chez Mr Rochester. Qu’elle n’hésitera pas à sauver des flammes (Wonder Woman n’a qu’à bien se tenir !) Son amour pour son maître, à l’époque n’aurait dû être permis. Mais malgré leur différence d’âge et de fortune, Jane aime qui elle veut et non qui elle doit.

Jane Eyre

3. On adore détester Mrs Reed

Comme dans beaucoup d’histoires, l’auteur crée un ou plusieurs personnages antipathiques pour le lecteur. Et Jane Eyre ne déroge pas à la règle. Charlotte Brontë offre dans ce roman une jolie brochette de personnages détestables à souhait. Dont Mrs Reed qui est l’une des première auquel le lecteur est confronté. Sarah Reed est la tante de Jane, qui l’a recueillie suite à une promesse faite à son mari, l’oncle maternel de la jeune fille qu’il a décidé d’adopter à la mort de ses parents. Si Monsieur Reed aimait sincèrement sa nièce, ce n’est clairement pas le cas de son épouse. A sa mort, elle se montre froide et n’hésite pas à maltraiter la petite. Elle ferme également les yeux sur les maltraitances que lui font subir ses enfants, notamment John, qui n’hésite pas à la battre. Parfois en présence de sa mère. (Cette femme est un ange, vous ne trouvez pas ?) Elle considère la petite fille comme étant fourbe, emportée et capricieuse mais il n’en est rien. Et le ressentiment qu’elle a envers Jane, durera jusqu’à sa mort.

Jane Eyre, avec rose

4. Il y a une secret qui plane à Thornfield

Charlotte Brontë, se joue maîtresse du suspense dans son roman. Peu après l’arrivée de Jane Eyre au domaine de Thornfield, et sa rencontre avec le maître des lieux, des choses étranges se produisent. Notamment des sons, la nuit. Comme des rires complètement fous ou des cris ! (Hum… Grosse ambiance) Tout cela vient de l’étage… Et la demoiselle n’y a pas accès. Ils se produit également des choses bien plus grave, comme un incendie volontaire, visant vraisemblablement le maître des lieux. Et une bonne partie de l’ouvrage, Jane Eyre et le lecteur se demande pourquoi ? Thornfield abrite-t-il un asile de fou ? Ou bien est-il hanté ? Le mystère reste longtemps entier.

Jane Eyre avec livres ouverts

5. On adore Monsieur Rochester

Edward Rochester est le riche propriétaire du domaine de Thornfield. Le lecteur le découvre dans un premier temps, sous un air bourru, presque impoli. Personnage extrêmement cynique et assez mal luné, il n’inspire pas, au premier abord, la sympathie au lecteur ni à Jane Eyre. (Un peu comme Grincheux !) Un héros typiquement byronien ! il va cependant très vite être attiré par la jeune femme et se dévoilera petit à petit. Gagnant ainsi l’affection de la demoiselle, et celle du lecteur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :