La vérité sur l’affaire Harry Quebert || Joël Dicker

Extrait de La vérité sur l'affaire Harry Québert

Identité de l’ouvrage

  • Auteur: Joël Dicker
  • Date de parution : 19 septembre 2012
  • Editions : De fallois
  • Genre : Roman policier
  • Personnages principaux : Harry Quebert, Nola Kellergan, Marcus Goldman

Résumé de l’œuvre

Un jeune écrivain à succès vient en aide à son ami Harry Quebert, inculpé pour le meurtre d’une jeune fille de 15 ans avec qui il avait une liaison. Pour faire la lumière sur cet assassinat vieux de trente ans, il mène son enquête et en fait un livre.

La vérité sur l'affaire Harry Quebert, livre fermé


5 (Très) bonnes raisons de lire La vérité sur l’Affaire Harry Quebert :

1. L’enquête

Qui dit roman policier, dit enquête. Et avec La vérité sur l’Affaire Harry Quebert, Joël Dicker créé une enquête des plus palpitante. Que s’est il passé le soir du 30 août 1975, lorsque la jeune Nola Kellergan a mystérieusement disparue ? Une disparition qui en 2008, date de l’action, se transforme en meurtre. Harry Quebert est-il vraiment lié à cet assassinat ? Est-il innocent ? Si ce n’est pas lui, qui en voulait à la jeune fille ? En soit, c’est un scénario qui pourrait être banale. Une enquête policière comme il en existe des dizaines. Mais non, Joël Dicker en fait un chef d’œuvre. Loin d’être un scénario simple, il complexifie l’enquête au fur et à mesure que Marcus Goldman remue le passé. Perdant le personnage, le menant sur de fausses pistes, tout comme le lecteur qui ne cesse d’être maintenu en haleine durant 856 pages. (Donc tu n’as plus qu’à enfiler ton costume de Sherlock pour mener l’enquête !)

Détail de la couverture, la vérité sur l'affaire Harry Quebert

2. La mise en abîme du métier d’écrivain

Dans La vérité sur l’affaire Harry Quebert, Joël Dicker ne parle pas uniquement d’enquête, de meurtre et d’histoire d’amour interdite. Non ! Il nous parle également du métier d’écrivain. Comment ? Au travers de son personnage principal : Marcus Goldman. Il nous fait vivre ses doutes, ses incertitudes, ses blocages et son syndrome de la page blanche. (Beau programme, n’est-ce pas ?) Et cerise sur le gâteau : on a le droit à l’envers du décors des maisons d’éditions. Les contrats, les délais, les avocats… L’argent en jeu. Joël Dicker nous fait plonger dans un monde de requins ou tous ce qui compte, c’est le nombre de zéro derrière le premier chiffre.

La vérité sur l'affaire Harry Quebert

3. On adore Marcus Goldman

Marcus Goldman c’est le personnage principal du roman de Joël Dicker. C’est lui qui va tenter de découvrir la vérité sur l’affaire Harry Quebert. Jeune écrivain à succès, victime du syndrome de la page blanche, il va tout faire pour innocenter son ami et mentor, l’écrivain Harry Quebert. Et il ne lâchera rien, même devant les menaces. (Quel homme !) Il est talentueux, arrogant et fourre son nez partout. Si, au départ Marcus le Magnifique n’attire pas plus la sympathie que ça, on se prend vite d’affection pour ce jeune écrivain près à tout pour prouver l’innocence de son vieil ami. Et je peux t’assurer que toi lecteur, tu vas vouloir qu’il réussisse à trouver le fin mot de l’histoire, et à écrire un roman par la suite !

Thé et roman : la vérité sur l'affaire harry quebert

4. L’histoire impossible en Nola et Harry

L’histoire dans La vérité sur l’affaire Harry Quebert, tourne autour d’un événement central, névralgique : l’histoire d’amour entre Harry Quebert, un écrivain de âgé alors de trente-quatre ans et la jeune Nola Kellergan, âgée de quinze ans. Toute l’intrigue se joue autour de cette histoire impossible, car interdite. En effet, la question soulevée ici n’est ni plus ni moins la pédophilie. Thème osé de la part de l’auteur. Mais pour une fois, le lecteur ne s’attache pas à une relation. Qui par ailleurs semble souvent assez niaise, que ce soit Nola qui montre un amour très enfantin ou même Harry Quebert qui ne cesse d’écrire le nom de Nola comme un collégien amoureux… quelque peu attardé. Cependant, cette histoire intrigue. De plus, la jeune femme semble avoir un comportement étrange et soulève pas mal de mystères. (Et elle est plus qu’agaçante)

Carnet et roman

5. L’écriture de Joël Dicker

Dans son roman, Joël Dicker nous offre une histoire avec trois temporalités différentes. La première, celle du présent du récit : en 2008 lorsque Marcus Goldman se retrouve victime du syndrome de la page blanche et moment où le scandale sur l’affaire Harry Quebert éclate. Puis l’auteur emmène son lecteur dans le passé de Marcus, au début des années 2000, lorsque celui-ci était Marcus le Magnifique, un scribouillard sans talent et hautain, alors élève du célèbre écrivain Harry Quebert. Il emmène également son lecteur au milieu des années soixante-dix, dans la ville d’Aurora, du temps où Nola et Harry vivent leur histoire d’amour, mais également période de la disparition de la jeune fille. On découvre petit à petit l’histoire de cette ville tranquille qui cache bien des secrets. (Quel suspense, n’est-ce pas ?) Et ce mélange de temporalité, ces histoires qui se recoupent donne du corps, de l’épaisseur au récit, et un côté très addictif, car à chaque page, le lecteur découvre de nouvelles choses et les pistes ne cessent de se brouiller.


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :