L’élégance du hérisson || Muriel Barbery

L'élégance du hérisson extrait

Identité de l’ouvrage :

  • Auteur : Muriel Barbery
  • Date de publication originale : 31 août 2006
  • Édition : Gallimard / Folio
  • Genre : Roman
  • Personnages principaux : Renée Michel, Paloma, Kakuro Ozu…

Résumé de l’œuvre :

Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poisson, la vacuité, l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même.  C’est pour ça que j’ai pris ma décision: à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai.”

l'élégance du hérisson, livre

5 (Bonnes) raisons de lire L’élégance du hérisson :

1 . Renée Michel

C’est le premier hérisson de l’histoire. Un des personnages principaux. Une femme d’une cinquantaine d’années, veuve et assez laide. Froide et antipathique également, quoique toujours polie. Elle tient les autres éloignés d’elle avec ses dehors un peu rustre. (Un peu sauvage la petite dame) Elle joue le rôle de la concierge type et ignare. Juste bonne à passer l’aspirateur, à récupérer les colis des habitants de son immeuble et à se vautrer devant son téléviseur. Comme un animal sauvage, elle se terre dans son trou.  Or ce personnage est intelligent, lettrée et extrêmement cultivée. C’est une ignare qui lit et aime Tolstoï. (Pas du tout contradictoire). Elle se questionne sur la vie et le sens de celle-ci. Elle analyse la société que compose les résidents bourgeois de son immeuble. Des personnes sommes toutes banales. Elle sort des conventions. Dotée d’un humour grinçant, elle montre au lecteur un esprit vif. (Vive le sarcasme !)

Madame Renée Michel, est comme un hérisson, bardée de piquant sur le dessus, mais cachant un côté adorable et tellement élégant.

l'élégance du hérisson

2. Paloma

Paloma est le second personnage principal du roman. C’est une jeune collégienne de douze ans…Extrêmement intelligente. On la découvre à travers son journal dans lequel elle exprime ses pensées, sur son entourage, sur la société et sur la vie. Pour elle, la vie est absurde et la destination finale c’est le “bocal à poisson”. Et elle, elle refuse de finir dans ce bocal. Elle a conscience de la réalité de la vie, de la recherche de sens que font les adultes sur celle-ci…Et constate qu’elle est dénuée de sens. (Une vraie philosophe en couche culotte) Elle manie l’humour avec brio, mais attention, un humour caustique, bien cynique. Ce qui est assez étonnant pour son âge. Comme Renée, elle se cache. Elle s’acharne à paraître moins intelligente qu’elle ne l’est. C’est également un personnage qui évolue énormément dans le roman. Un hérisson qui laisse tomber ses piquants. C’est une adolescente révoltée, parfois ingrate et cynique qui va finir par s’adoucir. Elle va finir par grandir et embrasser la vie et les instants de pure beauté qu’elle peut nous offrir. (Oui, on peut dire qu’elle arrête sa crise d’ado..)

l'élégance du hérisson dans les plantes

3. Une histoire humaine

La beauté de L’élégance du hérisson se fait dans la rencontre de l’autre. Des autres. Dans la découverte de ceux-ci et des belles personnes que l’on peut découvrir, par hasard. C’est ce qui arrive à Renée Michel et à Paloma, qui pendant des années n’avaient fait que se croiser et finissent par apprendre à se connaître. A se découvrir comme étant semblable. Des âmes sœurs si je puis dire. (Vous voyez les coups de foudre amicaux ? C’est ça !) L’arrivée de Kakuro Ozu va les rapprocher, lui voyant la beauté cachée chez ses deux personnages. Dans son roman, Muriel Barbery, en jouant avec les stéréotypes, les dénonce, les pointe du doigts. L’argent ne fait pas la culture comme le démontre Madame Michel. Et avoir de l’argent ne fait pas forcément de vous un être méprisant et méprisable si on se fit à Kakuro Ozu .

C’est l’histoire de plusieurs rencontres. Des rencontres inter-générationnelles pour lesquelles des liens forts se tissent. Loin d’être une banale histoire à l’eau de rose, Muriel Barbery célèbre l’Autre.

extrait de l'élégance du hérisson

4. L’écriture (Je ne le dirais jamais assez)

L’écriture de Muriel Barbery, passe ou ne passe pas auprès du lecteur, souvent taxée de snob, ou d’étalage de culture. Pour moi, il n’en est rien et l’écriture de Muriel Barbery est simplement magnifique. Certes, elle utilise un langage relativement soutenu, mais qui colle si bien avec l’univers du roman que cela ne dérange en rien la lecture, bien au contraire. Il y a une véritable beauté des mots et de la langue française.

Dans L’élégance du hérisson, elle fait parler deux voix différentes, celle de Renée Michel, la concierge et celle de Paloma, la jeune adolescente. Les pensées de celles-ci se succèdent, chapitre après chapitre. Les deux se différencient, visuellement dans un premier temps. Il y a un jeu de typographie entre les deux personnages. De plus, le lecteur est dans les pensées de la concierge tandis qu’il se retrouve dans le journal intime de Paloma dans lequel elle nous livre “ses pensées profondes”. Cela donne deux styles d’écritures totalement différents. Après tout, on ne parle pas de la même manière à douze ans qu’à cinquante-quatre ans. (Normalement en tout cas…)

A travers son écriture et les multiples références que l’auteur  donne au lecteur tout au long du roman, elle célèbre à la fois la littérature, en faisant référence à Tolstoï par exemple, à la philosophie ou encore à l’art.

l'élégance du hérisson avec fleurs

5. L’élégance du hérisson questionne sur le sens de la vie

L’élégance du hérisson questionne la vie et le sens de celle-ci. Le roman met en exergue le fait que chacun cherche, inlassablement, un sens à son existence. Et ce, parfois, sans succès. C’est notamment les propos de Paloma, pour qui les adultes cherchent un sens à leur vie, sans cesse, tournant en rond comme des poissons dans un bocal. Nos deux protagonistes questionne la vie, chacune à leur manière. Paloma se cherche encore, elle essaie de comprendre les choses, le monde des adultes qui lui paraît absurde. Madame Michel, se cache, elle tente de se terrer au fond de son trou telle une souris. Elle cherche à se faire discrète et à vivre en paix. Elles nous parlent, sur la manière dont l’une et l’autre appréhendent la vie.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :