Les liaisons dangereuses || Choderlos de Laclos

les liaisons dangereuses extrait

Identité de l’ouvrage

  • Auteur : Choderlos de Laclos
  • Titre : Les liaisons dangereuses
  • Date de parution : 1782
  • Edition : Folio Classique
  • Genre : Roman épistolaire
  • Personnages principaux : La Marquise de Merteuil, le Vicomte de Valmont, Cécile de Volanges, Madame de Tourvel

 

Résumé de l’oeuvre :

La jeune Cécile Volanges quitte son couvent pour faire l’apprentissage du monde et épouser le comte de Gercourt, mais une de ses parentes, la marquise de Merteuil, entend profiter de ce projet de mariage pour se venger d’une infidélité que lui a faite autrefois Gercourt. Elle charge donc son complice, le vicomte de Valmont, de pervertir Cécile avant ses noces. Mais loin de Paris, dans le château de sa vieille tante, Valmont s’est de son côté mis en tête de séduire la dévote présidente de Tourvel, et une idylle bientôt se noue entre la « petite Volanges » et le jeune Danceny.

 

5 (bonnes) raisons de lire Les liaisons dangereuses :La qualité d’écriture (du pur génie)

1.La qualité d’écriture

Les Liaisons Dangereuses est un roman qui se présente sous forme épistolaire, il s’agit donc d’échange de lettres entre les divers protagonistes de l’histoire. (Mais promis cela n’a rien à voir avec les échanges de mails entre tatie Monique et tonton Robert… C’est bien plus passionnant) 

Laclos nous montre un réel talent : celui d’écrire différemment selon chaque personnage. Ils ont chacun une manière d’écrire bien particulière qui reflète leur personnalité. Les lettres de la Marquise de Merteuil sont subtiles, intelligentes et extrêmement bien construites. A l’inverse les lettres de Cécile sont relativement creuses et naïves. (Et le mot est faible) Laclos montre une capacité à alterner d’un style d’écriture à un autre avec une facilité déconcertante.

Derrière ces différents styles d’écriture, il parvient à tisser une intrigue entre les divers protagonistes et intègre savamment le lecteur dans les plans machiavéliques de certains personnages… Ils savent ce qu’il va se passer, tel des conspirateurs. (Les vilains! )

Une autre marque de son génie : les différents niveaux de lectures présents dans certaines lettres. Laclos écrit en sachant pertinemment que différents personnages liront la lettre, ainsi que le lecteur… Ce qui peut amener deux, trois ou quatre niveaux de lecture différents et surtout autant interprétation du contenu différent. Et toi, lecteur, tel Dieu, tu es omniscient, tu sais ce qu’il se passe, rien ne peut-être caché. Rien que ça !

Les liaisons dangereuses, roman

2.  Valmont

Valmont, ah Valmont… Sans doute l’un des meilleurs personnages de ce roman. (Oui je suis tout à fait objective) Ce personnage, répondant au titre de Vicomte, est l’un des personnages principaux et c’est notamment autour de lui que toute l’intrigue du roman se noue. Dans le roman, il n’est clairement pas un enfant de cœur mais plutôt un fin manipulateur qui aime enchaîner les conquêtes. Surtout si elles sont prudes et proches de Dieu… C’est encore mieux. Oui, c’est un salaud. Littéralement. Mais attention, cet homme est intelligent et a l’esprit vif et acéré.. C’est ce qui le rend si intéressant par ailleurs. Cet homme est un libertin et il en est fier, ne le cache pas. De plus, avec la lettre 48 on ne peut que l’admirer, lui et son esprit machiavélique. (Si, je vous le jure, c’est possible !) Cette lettre est du pur génie, vous voilà prévenu !

Illustration de la lettre LXXI, du vicomte de valmont à la marquise de merteuil

3. Merteuil

La Marquise de Merteuil, est avec le Vicomte de Valmont, le personnage principal de l’histoire, et la meneuse de l’intrigue.  Elle forme avec Valmont un duo infernal et machiavélique. Son jeu ? La manipulation. (Cette dame aime arriver à ses fins…et ce de quelques manières que ce soit)  En véritable marraine la bonne fée, elle décide d’aider Cécile de Volange dans son amourette avec le Chevalier Danceny… en impliquant dans ses plans notre cher Vicomte, afin de se venger et d’humilier un ancien amant. (Une femme au grand cœur !) Tout comme le Vicomte, la Marquise de Merteuil brille par son intelligence et son esprit vif et acéré. Ses lettres sont toutes extrêmement riches et bien construites. Un véritable plaisir pour les yeux et notre esprit. Si vous aimez les double-sens, les sous-entendus, vous serez servi avec la Marquise. De plus, on peut s’amuser du jeu de domination, du rapport de force, présent entre Valmont et cette noble dame. Une véritable féministe, qui ne veut être sous les ordres de personnes, ne devoir rien à personne et encore moins à un homme.

4. Le libertinage est traité intelligemment (non ce n’est pas un porno)

Le sujet des Liaisons dangereuses  est clair, Choderlos de Laclos ne s’en cache pas, il s’agit du libertinage. Que ce soit clair, il ne s’agit pas ici de décrire des relations charnelles tel un Cinquante Nuances de Grey. Non, il aborde ce sujet de manière intelligente et intéressante. De par ces lettres, il montre la psychologie et le but des libertins… Avoir des proies de plus en plus prestigieuses. (Prude et très proche de Dieu de préférence, c’est toujours mieux !) Il ne s’agit pas d’avoir ou de multiplier les aventures, la Marquise et le Vicomte vivent cela en tant que véritable conquête. Le champs lexical de la bataille et de la guerre est extrêmement présent dans leurs correspondances. L’auteur se targue d’avoir recueillie les fameuses lettres et de les publier afin d’éduquer la société. Le libertinage  n’est pas accepté dans le grand théâtre de la vie en société. Ce n’est pas une conduite à tenir, voilà ce que défend Laclos. (Enfin paraît-il !) L’ouvrage à tout de même un vif scandale au moment de sa sortie. En effet, le lecteur, semble prendre part et s’attacher aux deux personnages principaux…plutôt que de les détester.

Illustrations les liaisons dangereuses

5. Détester Cécile de Volanges

Cécile de Volanges, est la blanche colombe sortant tout juste du couvent. Elle est promise au Comte de Gercourt. La malheureuse ! Celui-ci n’est autre qu’un ancien amant et ennemi de notre chère Merteuil. Et la Marquise ne rêve que d’une chose : se venger. Et elle, jeune femme ne connaissant rien de la vie, va devenir, sans en avoir conscience, l’instrument de la vengeance de notre marquise.

Tu es censée vouloir la plaindre, petite victime des deux libertins qu’elle est… un pantin entre les mains expertes de la Marquise. Mais en fait… Non ! Son côté naïf et extrêmement candide a quelque chose de véritablement agaçant. (Mais vraiment, tu n’as qu’une envie : la secouer !)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :