Raison et sentiments || Jane Austen

Extrait de raison et sentiments

Identité de l’ouvrage

  • Titre original : Sense and sensibility
  • Date de parution : 1811
  • Édition : Archi Poche
  • Genre : Roman
  • Personnage principaux : Elinor Dashwood, Marianne Dashwood, Colonel Brandon, Edward Ferrars

Résumé de l’œuvre :

Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale étriquée et à l’hypocrisie feutrée. L’aînée, Elinor, a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s’éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de cœur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments. Jusqu’au jour où Willoughby disparaît… Publié en 1811, Raison et sentiments est considéré comme le premier grand roman anglais du XIXe siècle.

Raison et sentiments, couverture

5 (Très) bonnes raisons de lire Raison et sentiments

1. Une analyse de la bourgeoisie anglaise

Jane Austen, dans Raison et sentiments, mets le lecteur face à la bourgeoisie anglaise du dix-neuvième siècle. Elle le met face à la position de la femme dans cette société, où elle se retrouve absolument dépendante de l’homme de la famille, père, frère ou oncle et bien entendu futur mari. Elinor et Marianne, filles issues d’un second mariage, se retrouve à la mort de leur père, avec leur mère et leur petite sœur Margaret, rejeté de cette société, perdant absolument tous leurs biens au profit de John Dashwood et son épouse, issu d’un précédent mariage. Elles se font littéralement mettre dehors. (Vive l’ambiance familiale) Elle présente une société puritaine, oppressive et extrêmement rigide. Les sentiments doivent être étouffés. (C’est une ambiance toute à fait joyeuse) Et le salut de ces jeunes femmes ne peut se produire que par un homme, et bien entendu, par le mariage.  De plus, Jane Austen nous livre cela, avec un humour et un sarcasme bien présent.

Pile livres Jane Austen

2. La personnification

Les deux filles Dashwood représente toute deux, deux facultés : l’une représente la raison, tandis que l’autre représente le sentiment. Elinor, l’aînée des deux sœurs est d’une tempérament calme, extrêmement mature, elle prend en main les affaires familiale à la mort de son père, et dotée d’une très grande force de caractère. Elle a tendance à faire passer le devoir avant les sentiments, quitte à en souffrir. (Un peu en mode reine des glaces) Elle représente donc la Raison. A l’inverse, Marianne est une personne très passionnée, qui ne fait qu’écouter son cœur, avec une sensibilité quelque peu excessive, avec une attitude qui ne respecte pas toujours la bienséance qu’elle juge hypocrite et agit par moment avec imprudence. Marianne représente donc les sentiments. Elle ne vit et n’agit que dictée par eux. Les deux sieurs semblent donc être l’exact opposée l’une de l’autre.

deux éditions raison et sentiments

3. On découvre les dessous du mariage de l’époque

Dans Raison et sentiments, le mariage d’amour est une douce utopie. Un rêve lointain… Que fait pourtant Marianne. Jane Austen montre que le mariage dans la société bourgeoise n’est rien d’autre qu’un contrat entre deux familles. Entre deux bons parties de préférence. Il serait dommage de contracter une mésalliance. (Quelle vision romantique, vous ne trouvez pas ?) C’est également le seul moyen qu’ont les femmes à l’époque, notamment celles sans fortune, d’avoir un minimum de sécurité matérielle. On ne se marie non pas par amour, mais par besoin, pour avoir un toit décent et de quoi subvenir à ses besoins. On se marie pour préserver sa respectabilité. (Nous sommes loin, très loin du mariage romantique à la Roméo et Juliette) Et cette vision du mariage, Marianne aura beaucoup de mal à s’y faire.

Raison et sentiments sur d'autres livres de Jane Austen ouverts

4. On adore détester Willoughby et Mrs Ferrars

Dans Raison et sentiments, Jane Austen nous donne non pas un, mais deux personnages à détester avec passion. En premier lieu, et dès les premières lignes où celle-ci apparaît, il y a Mrs Ferrars, l’épouse du demi-frère des sœurs Dashwood. (Elle a le super pouvoir de se rendre antipathique très vite) Jane Austen, en dresse un portrait peu flatteur disant qu’elle étroite d’esprit et égoïste. Et le mot est faible. Cette femme est mesquine, intéressée et matérialiste. Mettre à la rue ses belles-sœurs ne la dérange pas du moment que sa fortune s’agrandit. Une vraie femme au grand cœur.  En second lieu, il y Willoughby, le joli cœur de service, le bellâtre qui fait fondre le cœur des petites ingénues naïves comme Marianne. Il apparaît à la demoiselle comme étant l’homme parfait, mais il n’est qu’un vil séducteur, égoïste et sans scrupule. Il se plaît à voir le Colonel Brandon en amoureux transi…Willoughby est juste méprisable. Aujourd’hui on dirait de lui que c’est un parfait salaud.

divers livres de Jane Austen

5. On suit deux histoires de cœur ! (Pour les plus romantiques)

Dans le roman de Jane Austen, on ne suit pas une mais deux histoires d’amour en parallèle. Celle de Marianne avec Willoughby, mais également  celle d’Elinor avec Edward Ferrars. L’auteur montre deux manières d’agir, de vivre une romance, bien différemment. Marianne est dans la passion, dans l’exaltation de ses sentiments. (Parfois un peu greluche) Elle me fait gentiment penser à une collégienne énamourée. Elle vit son histoire avec John Willoughby de manière intense, et même un peu trop car quand celui-ci la rejette, elle se laisse littéralement mourir. Si au début c’est touchant… Très vite le lecteur rêve de la secouer comme un prunier. A son exact inverse, sa sœur Elinor s’éprend d’Edward Ferrars, le frère de Fanny Ferrars. Celle-ci agit de manière très réfléchie, n’aime pas étaler son amour publiquement et fait passer le devoir avant tout. Elle tait ses sentiments, faisant passer les autres avant. Ce qui la fera souffrir… Mais en silence.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :