Un sac de billes || Joseph Joffo

Un sac de billes, extrait

Identité de l’ouvrage :

  • Auteur: Joseph Joffo
  • Date de parution originale: 1973
  • Éditions: Hachette / Le livre de poche
  • Genre: Roman autobiographique
  • Personnages principaux : Joseph Joffo, Maurice Joffo

Résumé de l’œuvre : 

Paris, 1941. La France est occupée. Joseph et Maurice, deux frères juifs âgés de dix et douze ans, partent seuls sur les routes pour tenter de gagner la zone libre.

Récit autobiographique publié en 1973, traduit en dix-huit langues, Un sac de billes est un des plus grands succès de librairie de ces dernières décennies.

Couverture d'un sac de billes de Joseph Joffo

5 (Bonnes) raisons de lire Un sac de billes

1. L’histoire avec un grand H 

Un sac de billes ne plonge pas le lecteur dans une histoire, il le plonge dans l’Histoire. L’action prend place durant la période de la Seconde Guerre Mondiale entre 1941 et 1944, en pleine occupation de la France. Le récit de Joseph Joffo n’a rien à voir avec les histoires ou les écrits des livres d’Histoires. Ici, le lecteur suit la fuite de deux jeunes garçons juifs, Joseph et Maurice. Qui tenteront par tous les moyens de rejoindre la zone libre. Une zone pas si libre que cela, car les rafles y vont de bon trains. Un sac de billes, permet au lecteur, de suivre en interne, l’avancement de la guerre, et ses conséquences à divers endroits de France et diverses périodes. On connaît notamment l’époque presque insouciante de l’occupation italienne à Nice pour les enfants Joffo et celle cauchemardesque de l’occupation allemande. (Oui les allemands ont l’air aussi sympathiques que des Mangemorts !) 

Livre un sac de billes contre un cousin avec chat en peluche

2. On adore suivre les aventures de Joseph et Maurice

Le récit de Joseph Joffo, bien que traitant d’un sujet grave, donne vie à une sorte d’entrain. Et la personnalité juvénile et pétillante de Jo, donne au lecteur, l’envie de suivre ses aventures à travers la France avec son frère Maurice. Car c’est bien ce qu’ils vivent, une aventure. Dangereuse, certes, mais passionnante. Avec Un sac de billes, le lecteur se plonge littéralement dans la fuite de la Gestapo avec ses deux jeunes garçons. Le lecteur les suit dans les gares, sur les routes, lors des interrogatoires, se cachant dans les granges…Le lecteur devient complice des deux garçons, connaissant leur statut de juifs, qu’eux taisent pour leur survie. (Un secret très bien gardé !)

Livre un sac de billes de Joseph Joffo sur un tas de livres ouverts.

3.L’écriture de Joseph Joffo

L’énorme qualité du récit est sans conteste, l’écriture de Joseph Joffo, aidé de Claude Koltz qui lui apprend à manier “le présent historique” *. Dans Un sac de billes, le lecteur “entend” la voix de l’enfant, pas celle de l’auteur à l’âge adulte. Joseph Joffo écrit librement et son style est extrêmement léger, comme le récit d’un enfant. Le langage utilisé y est également pour beaucoup. “On va se faire gronder” par exemple. Et c’est cette légèreté qu’offre Joseph Joffo au lecteur qui rend le récit à la fois plus facile à appréhender que le récit d’un adulte qui ressasse ses souvenirs avec un langage beaucoup plus soutenu (Ou comme Mr Henri ton prof d’histoire soporifique de 3eme) mais également beaucoup plus poignant, car ici c’est un enfant d’une dizaine d’année qui raconte l’enfer de l’occupation allemande. Et l’écriture de Joseph Joffo est excellente en ce point, il fait sentir au lecteur, par le choix des mots, des formulations et ce au grès des pages et des événements, que l’enfant qu’il était a grandi beaucoup trop vite.

Livre devant sapin

4. On adore le petit Jo

Un sac de billes est narré du point de vue de Joseph Joffo, le lecteur suit donc l’action et les pensées de ce jeune garçonnet sur une période de trois années. Le lecteur suit donc son évolution et finit obligatoirement par s’attacher à ce petit garçonnet qui sillonne les routes avec son grand frère Maurice. Le lecteur le découvre malin, roublard et extrêmement courageux. (Un vrai petit renard) Avec son regard innocent, il pointe du doigt l’absurdité de la guerre. Il ne sait pas ce qu’est “un juif” et ne comprend pas les enjeux, absurdes, de la guerre. Jo est présenté comme étant spontané et pleins d’humour, donnant l’impression que cette fuite est davantage une aventure, qu’une histoire de survie.

Livre ouvert, vieil appareil photo argentique et marque page

5. L’importance de ce récit

Le récit de Joseph Joffo n’est pas anodin. Un sac de billes a été un véritable best-seller à sa sortie en 1973, et a touché le public de l’époque, et je l’espère touche encore les lecteurs de maintenant. Bien que le ton employé donne parfois l’impression de deux enfants en pleine aventure palpitante, il n’en ressort pas moins une indéniable vérité : les deux frères Joffo ont vécu l’enfer. L’enfer des rafles et des ont tenté le tout pour le tout pour éviter les camps de la mort, dont leur père, lui ne ressortira pas. Il met en avant, à travers les yeux d’un enfant, l’absurdité et l’injustice de cette guerre. (Une vérité toujours d’actualité.) Et le récit de Joseph Joffo, permet de se rappeler que ce ne sont pas un ou deux enfants qui ont vécu cette horreur… Mais plusieurs milliers. 

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez vous pensez ?

Notes

*  « Joseph Joffo, plus malin que la Gestapo » [archive], Astrid De Larminat, Figaro, 22 juillet 2011

One Reply to “Un sac de billes || Joseph Joffo”

  1. […] Un sac de billes de Christian Duguay est une adaptation du best-seller du même nom écrit par Joseph Joffo au début des années soixante-dix. On y retrouve avec plaisir le duo constitué de Joseph et Maurice, les deux frères Joffo cherchant à fuir vers la zone libre. Le choix des acteurs pour interpréter ces deux garçonnets est assez judicieux de la part du réalisateur. En effet, Dorian Le Clech et Batyste Fleurial, les interprètes respectifs de Joseph et Maurice, correspondent assez bien physiquement à l’idée qu’on peut se faire des deux enfants dans le livre et leur jeu d’acteur met particulièrement bien en avant la complicité et la solidarité qui unissent les deux frères dans cette dure période. Un seul bémol concernant le personnage de Joseph dans l’adaptation : il est devenu pleurnichard. Un aspect du personnage qui n’était pas réellement présent dans le livre d’origine, où justement Joseph se détachait pas son grand courage et sa force de caractère, surtout pour son très jeune âge.  […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :